Veuillez saisir au moins 2 caractères

Veuillez saisir une adresse email valide

Actualités
Pour une projection sur 1 an rendez vous sur le  
Dimanche 11 Novembre 2018
11 novembre

 

 La cérémonie à VIRELADE

 La guerre de 1914 - 1918 en quelques chiffres

 

16

16 traités de paix en 5 ans pour 4 années de guerre! Entre le traité de paix de Brest-Litovsk de mars 1918, signé par la République bolchévique et les empires centraux, jusqu'au traité de Lausanne en juillet 1923 qui règle le sort de l'Empire ottoman, 14 autres traités ont été signés dont le plus célèbre pour les Français: le traité de Versailles en juin 1919. Les frontières de l'Europe se retrouvent à la suite des négociations et l'éclatement des empires, largement modifiées.

 

 

52%

La moitié des jeunes Français nés en 1894 et donc âgés de 20 ans en 1914 ont disparu à l'issue du conflit. Aux 28% déjà décédés avant la guerre (la mortalité infantile et juvénile était encore très importante) s'ajoutent les 24% de ceux qu'on appelait «la classe 14» morts au combat. Un véritable traumatisme pour la société française (1).

 

440

Le traité de Versailles signé le 28 juin 1919 comporte 440 articles imprimés pour la première fois en deux langues, le français et l'anglais, ce qui en fait l'un des plus longs traités multilatéraux de l'histoire (2).

 

750

On compte dans l'armée italienne 750 fusillés pour l'exemple, entre 600 et 650 dans l'armée française, 330 dans l'armée britannique, 48 dans l'armée allemande. A cela s'ajoutent les exécutions sommaires sans passage devant un conseil de guerre. Le gouvernement australien a, lui, interdit l'exécution de ses soldats dans les troupes britanniques, préférant exercer un contrôle très strict du comportement. (3)

 

300.000

On compte environ 300.000 «gueules cassées» en Europe dont 15.000 en France. Ces blessés de la face et les mutilés deviendront les symboles d'une guerre particulièrement destructrice.

 

3 millions

En France, terrain majeur du conflit, 3 millions d'hectares sont déclarés impropres à l'agriculture. La raison: la présence dans le sol d'obus et de balles mais également de cadavres humains ou d'animaux.

 

9,5 millions

Le bilan humain du conflit s'élève à 9,5 millions de morts ou disparus dont 1,4 million Français, 2 millions Allemands et 1,8 million Russes. Parmi les grandes puissances, c'est proportionnellement la France qui est le pays le plus touché avec la mort de près d'un soldat sur cinq. La Serbie détient cependant le record avec près de 40% de son armée décimée. Selon l'historien Antoine Prost, il manque 1 million de morts non comptabilisés par les différentes armées: les prisonniers morts en détention, les soldats décédés des suites de leurs blessures après leur démobilisation ou encore ceux victimes de maladie.

 

73,3 millions

73,3 millions d'hommes sont mobilisés. 48,2 millions par les puissances alliées dont 7,9 millions Français, 8,9 millions Britanniques et 18 millions Russes. 25,6 millions par les puissances centrales dont 13,2 millions Allemands et 9 millions Austro-Hongrois.

 

1 milliard

On estime à environ 1 milliard, le nombre d'obus tirés par les belligérants pendant les quatre années du conflit. 15% d'entre eux n'auraient pas explosés et sont accusés encore aujourd'hui de polluer les sols et les eaux.

 

132 milliards

Désignée par le traité de Versailles responsable de tous les dommages subis par les alliés, l'Allemagne doit verser des réparations d'un montant fixé par la Conférence de Londres en 1921 à 132 milliards de marks or. Il est régulièrement revu à la baisse jusqu'à ce qu'Hitler en 1933 cesse tout paiement. La France, plus grande bénéficiaire des réparations, n'a finalement reçu que 8 milliards de marks or sur les 69 milliards prévus. C'est seulement en septembre 2010 que l'Allemagne clôt définitivement le dossier en payant les derniers intérêts sur les emprunts contractés par la République de Weimar.

 

Sources

(1) Générations sacrifiées: le bilan démographique de la Grande Guerre par François Héran, Population & Sociétés, n°510, avril 2014.

(2) La Première Guerre mondiale ne s'est vraiment terminée que très, très longtemps après le 11 novembre 1918, entretien avec Vincent Laniol, Atlantico, 10 novembre 2013

(3) Quelle Mémoire pour les fusillés de 1914-1918? Un point de vue historien, collectif sous la direction d'Antoine Prost, octobre 2013. Selon un communiqué du Service historique des armées du 24 octobre 2014, un nouveau comptage fait état pour l'armée française d'un nombre de 639 soldats fusillés pour l'exemple, 141 pour des faits de droit commun, 127 pour espionnage et 47 pour motifs inconnus.